dimanche 18 février 2018

Un jour sans fin (Campagne Saga - Saison 4)

Alors que les troupes du clan du Lion reviennent piteusement des terres du Crabe où ils ont essuyé un nouvel échec, l'armée d'invasion découvre que les terres du clan se font ravager par leur voisins de la Licorne. Ceux-ci, profitant de l'éloignement de la force armée de leur adversaire en ont profité pour attaquer et s'emparer de terres supplémentaires.
C'est dans une plaine que le Daïmyo du Lion met en position ses troupes pour couper l'avancé des cavaliers. Il attend des renforts, mobilisé à travers toutes les cités du Lion, pour parvenir à être en supériorité numérique et renvoyer l'agresseur dans son foyer. De son côté le Daïmyo de la Licorne se tient en face avec sa cavalerie et espère lui aussi que le rappel de ses troupes dispersées au pillage se face rapidement pour cette bataille.

Le scénario est celui de Dieu reconnaitra les siens du Croissant et la Croix où les unités détruire peuvent de nouveau entrer sur la table en cours de partie.

 A peine le discours d'encouragement des troupes effectués, l'engagement est violent. D'emblée le Daïmyo de la Licorne va mettre la pression sur les forces du Lion en faisant charger une bonne partie de son armée.
 Sous le coup de la surprise, la ligne du Lion s'effrite rapidement, les samouraïs sont presque anéantit par l'assaut, une partie des ashigarus tombent aussi au combat. Seul les yaris sont épargnés par l'attaque mais se retrouvent maintenant isolés au milieu de la cavalerie ennemie. Sur le flanc gauche du Lion quelques archers parviennent à résister à l'attaque grâce à la difficulté pour les assaillants de combattre dans un terrain qui ne leur est pas propice.
 Cependant le Daïmyo du Lion ne désespère pas. Entendant l'arrivée des premiers renforts, il ordonne une contre-charge. Ses hatamotos à cheval gardés en réserve se ruent à l'attaque des cavaliers ennemies et les exterminent tandis qu'une nouvelle unité de samouraïs apparait sur le champ de bataille et charge les hatamotos ennemis fortement diminué. Les Licornes sont partiellement repoussés. Les unités du Lion forment une zone de protection autour de leur commandant.
 Le moral remonte dans les rangs du Lion. Mais ce sera de courte durée. L'arrivée de vagues successives de samouraïs des deux camps près des lignes du Lion vont mettre à mal le moral des troupes sur le champ de bataille. Car c'est un carnage qui s'annonce. Des dizaines et dizaines d'hommes et chevaux vont tombés dans cette bataille pour prendre et reprendre l'avantage. Plusieurs fois, les Forces du Lion sont au bord de la rupture, le Shugenja se faisant attrapé par la cavalerie ennemie, exploitant une ouverture mais ne parvenant pas à s'approcher suffisamment du Daïmyo ennemi, véritable tour de contrôle de l'armée du Lion.
 Dans la zone rocheuse, les cavaliers de la Licorne finissent par expulser les archers ashigarus à force de persévérance et les éliminent. Pris entre le marteau et l'enclume, le Daïmyo du Lion doit choisir de protéger l'un de ses flancs. Son choix laissera l'opportunité à cette unité de la Licorne de retourner auprès de son Daïmyo pour le protéger d'une attaque d'ashigarus près du commandement de la Licorne qui a entrainé la perte de l'Ashigaru et qui a aussi faillit la chute du moine.
 D'ailleurs, le Daïmyo du Lion remet ça en faisant de nouveau pression avec une nouvelle unité d'ashigarus débarquant en fond de table mais cette fois-ci une nouvelle unité de cavaliers est sur ses talons. Ceux-ci exterminent rapidement les piétons.
Insistant à presser le commandant adverse, les Lions poursuivent leur politique agressive avec toute unité pouvant venir rapidement sur le champ de bataille. Malheureusement, la plupart sont des unités d'ashigarus et le Daïmyo de la Licorne ayant enfin compris la stratégie de son adverse se protège derrière ses cavaliers. En fin de partie, le Daïmyo de la Licorne arrache la victoire de justesse grâce à une dernière charge sur le flanc de la ligne du Lion en ciblant judicieusement les samouraïs. Tout c'est joué à 1 point de victoire sur le dernier engagement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire