vendredi 26 mai 2017

Saga à 3 joueurs

Bonjour,
Il y a quelques jours nous étions 3 au club pour faire une partie sur Saga, oui ce bon vieux Saga dont les origines remontent aux vikings et non à l'est asiatique. Et comme nous étions 3 joueurs, nous en avons profiter pour tester un scénario que nous avions mis sur le net conçu pour... 3 joueurs ! C'est bien vous suivez !

Ce scénario est l'attaque d'une Motte Féodale. Un des joueurs, ici Laurent avec sa bande de Gallois, doit protéger la motte et éventuellement le village qui se trouve juste à côté. Mais, bien au chaud derrière les remparts de la motte est-ce que le Chef de clan Groot-an-Morich va tenter une sortie pour défendre le village ?
A l'autre bout de la table, Cédric avec une bande de Normands et Siméon avec une bande de Bretons, arrivent chacun par un coin de la table. Ils vont libérer leurs plus bas instincts en pillant, ravageant, violentant, brûlant le village de paysans et la motte féodal. Ouaaaaiiiis !!!
L'assaut est lancé au petit matin, les hommes de Morvan le Garic'h, Seigneur de Ploërmel, avance rapidement entre les rues du village sans vraiment se soucier de piller des maisons. Son allié normand, enfin allié de circonstance car aucun accord n'a été passé entre les deux seigneurs, l'un peu très bien se retourner contre l'autre à tout moment; bref celui-ci ne fait pas dans la dentelle et pille la premère maison sur son passage.
Alerté par les bruits et les cris dans le village, le chef de clan gallois envoie quelques éclaireurs en avant de la motte féodale. Une unité de guerriers à pied et sa garde à cheval vont faire un peu de reconnaissance mais surtout harceler l'assaillant pour lui faire quelques pertes mais surtout ralentir son approche vers la forteresse. Oui la forteresse, car la motte féodale est ce qui se fait de mieux dans la campagne de l'ouest de l'Europe à cette époque ! C'est tout en bois donc c'est facile à monté, c'est écologique et quand on a froid l'hiver, un p'tit feu et on réchauffe toute la baraque ! C'est à l'avant-garde pour cette période.
 Le corps expéditionnaire gallois va surtout mettre des bâtons dans les roues de bretons qui prennent un peu trop l'initiative en s'approchant trop rapidement au goût des locaux et la tour de leur chef. Ils vont les accueillir à coup de javelots. Ils vont découvrir à leur dépend que les bretons maitrisent aussi bien le bâton qu'eux. Pendant ce temps Morvan le Garic'h, visite deux maisons galloises, qu'il trouve cossu, il en ferait bien ses maisons de campagne pour passer le week-end loin de la Bretagne.
Et les normands dans tout ça, que vont-ils ? Ils se tournent les pousses ou quoi ? Disons que les tirs de javelots des gallois les ont refroidit un peu. Il faut les comprendre, ce sont des éleveurs de chevaux alors ils y tiennent, cela fait plusieurs générations qu'ils sélectionnent génétiquement leurs étalons pour obtenir une belle race d'équidés. Et puis c'est connu, leurs ancêtres vikings ne se déplaçaient jamais sans leur monture ! Vous verrez dans quelques décennie voir un millénaire, leurs chevaux seront réputés sur les champs de... courses.
 Après quelques tirs de semonces, Godefroy, vicomte de Fécamp ordonne à ses adversaires de se rendre. Pour seul réponse, les gallois montrent leurs arrières train à poil, d'où l'expression, baisser son froque  ! en signe de défiance, mais cela à pris un autre sens de nos jours je crois. Le Seigneur normand somme alors ses troupes d'attaquer la motte féodale, c'est ainsi qu'une marée humaine se jette sur la forteresse.
La motte féodale est défendue au son centre par des mercenaires flamands indéboulonnable. C'est pourquoi normands et bretons vont attaquer chacun un côté opposé des défenses de la tour galloise. Groot-an-Morich va faire d'incessant va-et-viens entre les deux côtés pour galvaniser ses troupes et repousser les assauts adverses. Après avoir repousser une première vague bretonne avec l'aide des troupes galloise à l'extérieure des défenses, il va soutenir ses troupes sur le côté attaqué par les normands. Ceux-ci lancent successivement trois assauts sur les remparts, tous repoussés par les héroïques guerriers gallois mais toujours de plus en plus diminué alors que s'approche le Seigneur Godefroy et les hommes de sa maisonnée. L'assaut général normand va faire beaucoup de dégât dans les défenses galloise. Groot-an-Morich se retrouve face à Godefroy dans un combat décrit plus tard par les célèbres barde de l'époque. Le chef de clan gallois est occis par son adversaire mais deux guerriers gallois parviennent à repousser les normands au delà des défenses.
Malheureusement le manque de temps nous oblige à terminer à la fin du tour 6 sur les 8 tours nécessaire pour mener à bien le scénario. Les Gallois ont eu chaud car énormément affaiblit, ils voient le Seigneur breton s'approcher inexorablement des défenses avec l'ensemble des troupes à pieds bretonnes et normandes. On ne saurait jamais si les gallois se feront exterminer, quelque bande s'emparera de la tour ou même si une trahison entre les assaillants se profilait ce qui aurait peut-être pu sauver les survivants gallois.
Bilan de la partie, les 8 tours sont nécessaire pour vraiment déterminer un vainqueur vu qu'il faut plusieurs tours pour que les assaillant atteignent la motte féodale. Le système de point de victoire semble plutôt bien répartie. Il faut revoir la règle pour les défenses de la forteresse. Initialement nous considérions celle-ci comme un bâtiment de grande taille, mais cela pose un problème pour la cavalerie. Entre-temps un scénario sur Saga Aetius et Arthur est sortie et s'approche de ce que nous voulions faire. Nous allons reprendre ses règles pour la défense de la motte féodale.

Nous allons rapidement modifier le scénario, que je vous conseille sincèrement si vous êtes trois joueurs et que vous ne savez pas quel scénario adapter à trois. Comme vous avez pu le voir sur les photos, pas la peine d'investir dans une énorme motte féodale pour faire le scénario, il faut seulement une tour et l'entourer de murets pour faire une partie. Alors allez-y !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire