jeudi 17 avril 2014

Quand le Phoenix cherche des poux au Lion (Campagne T2)

Au début de cet été 1180, la stratégie du Phoenix fut de diminuer des forces du Lion en tentant des pillages dans les villages du clan rival. C'est ainsi qu'à la frontière des colonies du Lion, un beau matin, l'armée du Phoenix se retrouva face à une force armée du Lion défendant son village contre ses vulgaires pillards.
Quelque peu surpris par une telle opposition, le daïmyo du Phoenix regroupa ses forces pour affronter l'adversaire, assez nombreux. Comme à son habitude, le Daïmyo du Lion avant fait appel à de la levée en masse pour défendre les chaumières des paysans, 3 unités d'ashigarus avaient été formée dont l'une utilisant les teppos (armes normalement interdites par décret impérial) qui s'était installer dans la maison du samouraï, une hérésie totale pour un samouraï ! Mais comme dit le Daïmyo du Lion, faut ce qu'il faut pour gagner une guerre !
 Le Daîmyo du Phoenix décide de s'occuper en priorité des ashigarus et envoie une de ses unités de hatamotos au centre du village s'occuper des archers, tandis que sur son flanc gauche, les samouraïs chargent les ashigarus avec leur lance.
 Le résultat n'est pas prometteur, ses unités sont repoussées cependant de grands trous dans la ligne adverse a du mal à être combler par les soldats du Lion.
 Le Daïmyo du Phoenix profite des espaces pour se frayer un chemin jusqu'à son homologue du Lion grâce au sacrifice de ses hatamotos. Il leur rend honneur en battant en combat singulier le Daïmyo du Lion, sous le regard médusé des quelques ashigarus encore en vie.
Profitant de la plus grande confusion au sein de l'armée Lion, maintenant sans commandant, les survivants de l'armée du Phoenix pillent les maisons de son adversaire malgré les efforts désespérés des défenseurs qui n'y croient plus.

Le Phoenix réussit son pillage de justesse en empochant 3 Kokus supplémentaire pour le tour. Le Lion n'ayant pu empêcher le pillage diminue dans l'estine de sa population et perd 1 point d'Honneur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire