samedi 12 août 2017

Alliance tripartite ou comment tout dégénéra en raison d'une phrase mal placée

Vous n'êtes pas sans savoir que Rokugan est à feu et à sang depuis que l'ensemble des clans se sont déclarés la guerre afin de prendre plus ou moins de pouvoir sur les autres. Il s'avère quand même que la voie de la raison aient touché les esprits de certains Daïmyos. Une menace venant de l'extérieur de l'Empire est en approche et risque de semer le chaos dans le chaos déjà présent. C'est ainsi que trois clans, le Crabe, le Scorpion et la Mante tentent de négocier une trêve entre eux aux frontières de leurs territoires respectifs. Les clans ont envoyé une délégation afin de les représenter dans ce mini congrès pour la pays. C'est ainsi que Bayushi Higaonna doit rencontrer Hiruma Ogata son homologue du Crabe et Tsuruchi Nobukatsu de la Mante.

 Venir avec autant d'hommes armées pour un accord de paix n'est pas bon signe, s'indigne Higaonna. Heureusement que j'ai des ninjas caché dans les bois pour assurer mes arrières.
La rencontre entre les 3 protagonistes va donner raison au diplomate du Scorpion. Il ne faut que quelques minutes pour que les provocations fuses, les rancœurs ressurgissent rapidement. Le fer encore chaud de la guerre marque encore l'esprit des hommes et chaque représentant est sûr de la force de leurs suivants au cas où les négociations dégréneraient. Et quand la parole ne peut résoudre un conflit c'est les armes que celui-ci sera tranché. D'aucun diront que c'est l'autre qui a déclenché l'affrontement, toujours est-il que celui à bien lieu !
 A peine les diplomates ont rejoint leur campement et enfilés leurs armures que des flèches venant des rangs de la Mante pleuvent sur les forces du Scorpion et du Crabe. Les archers des deux factions répliquent aussitôt, Bayushi Higaonna envoi même ses ninjas attaquer les ashigarus de la Mante.
 Tsuruchi Nobukatsu intervient alors équipé de son arc et donne l'ordre à sa seconde unité d'ashigarus de le suivre afin de soutenir la première ligne mais les ordres semblent être mal donné ou confus et les combattants se dirigent à l'opposé, face aux lignes du Crabe. Cela ne nous étonnerait pas qu'un commandant de troupe se soit fait grassement payé pour ne pas combattre contre les scorpions.
En attendant, un compromis semble être trouvé entre le Crabe et le Scorpion pour agresser leur agresseur. C'est dans le bois que tout se passe.
 Les ninjas sont rapidement repoussés, la plupart tombant sous les flèches de Nobukatsu. Et là nous assistons au premier retournement de Haori (veste sans manche japonaise), de la part du Crabe. Étonnant de leur part surtout que généralement ce rôle est dévolu aux Scorpions. Mais la traîtrise n'a pas de nom ni de clan, elle frappe partout où des personnes ont l'esprit tordu. De fait, les samouraïs du Crabe et du Scorpion s'entredéchirent dans le bois où quelques minutes plutôt une alliance semblait se former. L'intervention des Hatamotos du Crabe met fin au massacre, du moins pour un temps. 
 Ainsi, dans le conflit entre Crabe et Scorpion, la Mante se retrouve avec un nouvel allié de circonstance. Le Scorpion est au plus mal mais n'a pas dit son dernier mot. Bayushi Higaonna veut la tête de Hiruma Ogata d'une part pour sa traîtrise, d'autre part pour accuser les Mantes d'avoir mis un terme prématuré à un possible accord.
 Il laisse son unité d'ashigarus se faire massacrer par les hommes de Nobukatsu et envoi ses hatamotos régler le compte des gardes d'Ogata. Malheureusement pour lui, les Crabes restent des hommes coriaces et difficile à faire tomber. Presque tous les hommes de Higaonna y passent.
 Mais le samouraï du scorpion atteint son objectif ou presque. Ogata est un digne représentant de son clan et se bat comme un Oni. Il écrase le crâne du dernier Hatamoto scorpion et manque de peu Higaonna qui esquive les coups.
 Sentant la supériorité du Crabe l'emporter, Nobukatsu ordonne à ses archers de cribler de flèches les samouraïs du crabes. Plusieurs unités tombent alors mais leur commandant n'en a que faire, son gibier est face à lui. Higaonna s'épuise et finit par tomber contre les coups de son adversaire.
Sur sa lancé, il s'occupe du Shugenja scorpion qui elle ne résiste pas un instant à la puissance du géant. Les survivants du scorpion s’enfuient tandis que les combattants de la Mante reculent progressivement vers la forêt, laissant le champ libre aux Crabes, vainqueur de la bataille.

Le scénario utilisé est une adaptation du Serment de Bois pour trois joueurs, le premier tour chaque joueur jouait chacun son tour, puis nous avons déterminer qui du camp rouge ou noir commencerait à par du tour 2. Les joueurs ont alors choisit une couleur, la Mante prenant Noir et les autres Rouge. Au tour 3, Le Crabe a changé de couleur, rejoignant la Mante jusqu'au 4° tour. Au début du 5° tour, les trois clans ayant pris la même couleur, nous sommes alors revenu à du chacun pour soi en jouant dans le même ordre qu'au début de la bataille.
Finalement le joueur du Crabe a bien géré ses pertes pour emporter la bataille.

Scénario la Motte Féodale

Après avoir joué aux deux adaptations de la règle SAGA, nous sommes quand même retourné sur la version originale de la règle de jeu. Nous en avons profité pour réaliser un nouveau test du scénario de la Motte Féodale, fait pour être joué par 3 joueurs.

Cette fois-ci, ce sont les Francs qui vont devoir résister aux assauts des armées bretonnes et pictes. Comme nous n'avions pas de forteresse des Ages Sombres à notre disposition, nous avons fait au mieux pour la motte féodale avec des murs et un bâtiment placé au milieu de ceux-ci.

 Voici tout d'abord une présentation des forces en présence. Les Bretons, très compacts arrivent en limite du village attendant à la motte féodale.
 De l'autre côté, les pictes sont aussi présent. Devant le nombre d'assaillant les villageois se sont déjà enfuit vers les bois proche ou ont trouvé refuge dans la forteresse de bois.
 Enfin, de bois sur le papier, c'est plutôt dans la pierre que le seigneur franc local à investit. Il a sûrement lancer la mode des forteresses en pierre, un bon investissement à long terme !
 Sautons l'étape du pillage en règle du village. Les pictes s'en donne à cœur joie, puisque les bretons refusent de descendre de leur grands chevaux pour soutirer le butin. Ils laissent cela à la piétaille. Ainsi avant d'atteindre la motte, les pictes ont déjà 4 pts de victoire alors que les bretons se contentent seulement de 2 pts.
 Mais ce qui intéresse par dessus tout les bretons, c'est la motte elle-même. Ils veulent être les premiers à s'emparer du monticule fortifié. Tel des indiens tournant autour des caravanes de colons, les cavaliers harcèlent avec leurs javelots les défenseurs qui répliquent avec des flèches. Les bretons lancent quelques assauts sur les barricades de bois sans succès.
Comme sur les tests précédant, chaque faction attaque chacun de son côté. Est-ce que l'alliance serait si fragile que cela ? En tout cas, après avoir construit leur petit fortin dans le bois proche de la motte leur assurant une protection, les pictes lancent l'assaut eux-aussi sur le fort franc.
Devant les difficultés de la prise de la forteresse franc, les bretons et les pictes rappellent leurs hommes restés dans les bâtisses afin d'enfoncer le clou.
Même les moines vignerons... non vin-dicatifs sont mis à contribution dans l'attaque de la motte. Mais toutes les tentatives s'avèrent infructueuses. Est-ce que la motte résistera une nouvelle fois aux assauts ?
Ce sont les pictes qui répondent à la question. Les forces des francs sont de plus en plus affaiblit et c'est les arbalétriers qui craquent les premiers sous les coups des gardes ennemis. Le Seigneur Picte et sa suite entre enfin dans la forteresse remportant 3 pts de victoire supplémentaire.
 Bien qu'ayant perdu tout espoir de gagner la bataille, les défenseurs vont tout de même mettre un point d'honneur à protéger la tour de leur Seigneur. C'est d'ailleurs lui-même qui mène ses troupes de réserve à l'assaut des envahisseurs. La première unité de gardes pictes est anéantie par la contre-charge des francs, tandis que le Seigneur Picte voit sa seconde unité repoussé au delà des palissades défoncés. Oui pour des raisons de simplicité, nous considérons que la section de la palissade tombée aux mains des envahisseurs en automatiquement détruite pour des facilités de règle.
 Mais les pictes n'ont pas dit leur dernier mot. Leur Seigneur harangue ses troupes et se lance à l'attaque de son homologue franc. Sans succès, les deux adversaires n'arrivent pas à prendre le dessus sur l'autre.
Et les bretons dans tout cela. Ils profitent que les défenses tombent les unes après les autres pour attaquer le donjon de la motte féodale. Ils profitent effectivement que la réserve franque soit occupée par les pictes pour atteindre le donjon. Mais les derniers défenseurs francs tiennent le choc malgré les multiples assauts de toute part. Les bretons tentent pourtant le tout pour le tout car s'il prennent le donjon, leur victoire est assurée. Dans un dernier élan, ils tentent une nouvelle prise de la tour, malheureusement pour eux, 2 défenseurs résistent contre tous les coups ennemis, faisant perdre le dernier espoir des bretons.

Finalement, cette bataille a été riche d'enseignement. Les modifications apportés ont permis de diminuer un peu la résistance des défenseurs en leur infligeant automatiquement une fatigue lorsqu'une unité amie tombe en défendant l'enceinte. D'autre part, l'ajustement des points de victoire a rendu plus intéressant d'être le premier a entrée dans l'enceinte mais aussi à prendre le plus de maisons, pouvant ainsi faire perdre le défenseur avant même que le donjon ne soit pris. Cependant cela n'empêche pas à l'autre attaquant de perdre toute chance de gagner car le donjon rapporte assez de points de victoire pour l'emporter.
Nous avons trouvé un bon compromis pour le scénario et allons très rapidement appliquer les modifications à celui-ci pour qu'il soit jouable par tous.

Pillage de la Grue sur les terres du Lion (Campagne Saga saison 2)

Afin de monter sa Richesse, le clan de la Grue s'est lancé dans une vaste opération de pillage, les infâmes gredins ! Et c'est les terres du clan du Lion qui en font les frais alors que ses armées épuisées par la précédente campagne chez les Araignées se reposent dans leurs casernes.
Les guerriers de la Grue jettent leur dévolu sur le village de Guren Toshi. Ils l'encerclent au petit jour avant d'attaquer les maisons des paysans. Mais que font les samouraïs du Lion !
Les villageois défendent comme ils le peuvent leurs foyers, malheureusement les troupes de la Grue sont aguerris au combat de rue et dans les bâtiments. Les 3 maisons sont rapidement prises par les pillards.
Alors que les maisons prennent feu. Les premières troupes du Lion arrivent sur les lieux du forfait et constatent les dégâts. Ils prennent les Grues sur le fait, encore dans les maisons des villageois.
Sans attendre leurs adversaires, le Daïmyo de la Grue ordonne à ses troupes de se disperser une fois le pillage effectuer. Les troupes qui s'enfuient avec leur chef ne sont pas inquiétés par les poursuivants, bien trop loin. Le Daïmyo du Lion espère que sa cavalerie arrivera à temps avant de perdre leurs traces.

Le moine Sohei et une partie des Hatamotos de la Gue ayant fuit à l'opposé, tombe dans un piège. It's a trap ! Effectivement, poursuivit par les samouraïs du Lion, les pillards tombent nez à nez avec des ashigarus ennemis. Ceux-ci commence à les cribler de flèches.
Jaugeant rapidement la situation, le moine Sohei et les Hatamotos lancent un assaut sur leurs opposants. Les archers ashigarus sont le mur qui bloquent notre liberté, arrangea le moine sohei, alors allons casser ce mur !
Le face à face fit de nombreuses victimes, seul le moine sohei et un hatamoto parviennent à fuir à travers la forêt. Les ashigarus sont aussi très mal au point, un seul d'entre-eux tient encore debout. Mais les pillards ont perdu une partie de leurs butins dans la bataille. Malgré cette bonne nouvelle, le Daïmyo du Lion est inquiète que sa cavalerie ne soit toujours pas arrivée, alors qu'ils avaient été envoyé à l'avant de l'armée. Ceux-ci arriveront dans le milieu de la matinée, expliquant qu'ils s'étaient trompés de route, les imbéciles !

La bataille se solde par un nul, les Grues n'ayant pas réussi à sortir assez de butin en proportions aux pertes qu'ils ont subit.

jeudi 10 août 2017

Il faut sauver le moine shinto (Campagne Saga saison 2)

Le clan du Dragon ayant décidé de rester dans ses terres cette saison, alors que la guerre fait rage dans tout le pays, il se retrouve assaillit par des monstres de l'Outremonde. Après plusieurs incursions de ceux-ci dans les terres, Mirumoto Tsuda, commandant des forces de son clan comprend que les créatures sont à la recherche de quelque chose ou plutôt de quelqu'un. Fouillant frénétiquement les bois alentours, les créatures de l'Outremonde sont à la recherche de Bozan, le vieil ermite capable de créer des protections magiques pour empêcher ses créatures de proliférer en Rokugan.
Il dépêche alors son armée en forêt pour protéger le vieux moine. Quelques jours plus tard, il revient à la tête de son corps expéditionnaire, intact, sortant de la forêt afin de faire son rapport au Daïmyo de son clan.

Mirutomo Tsuda vient se présenter devant son Daïmyo Mirutomo Shikei, alors en pleine négociation avec des représentant du clan de la Grue, leur nouvel allié. Impatient d'entendre son second, Shikei stoppe les discussions et permet à Tsuda de faire son rapport.
Et bien mon élève, on me rapporte que votre battu c'est plutôt bien déroulée ! Au vu de l'état de votre armée, il parait que vous n'ayez aucune perte à déplorer. Demanda Shikei.
Pour tout vous dire sensei, comme je connaissais l'objectif de nos adversaires, j'ai positionné mes hommes de manière à prendre les créatures par surprise. Répondit Tsuda. Lorsqu'ils sont arrivées à l'orée de la clairière où vivait l'ermite, nous étions prêt à leur tomber dessus.
Et qu'avez-vous fait alors ? Vous les avez attraper avant qu'ils n'atteignent la demeure de Bozan-san ? Interrogea Shikei. Les représentants de la Grue écoutaient eux aussi très attentivement les explication du commandant.
Non, Daïmyo-sama. Nous avons utilisé le vieil ermite comme appât pour connaître le nombre exact d'ennemis que nous devions affronter pour frapper leurs points névralgiques.
Je reconnais bien là le savoir et la patience apprise au sein des temples Togashi. Mais n'était-ce pas dangereux pour le vieil ermite, après tout, il a dépasser le vénérable âge des 70 printemps. Il n'est plus de toute première jeunesse pour servir d'appât. Fit remarquer le Daïmyo du Dragon d'un brin humoristique. Par politesse envers leur hôte, les Grues pouffèrent eux aussi de rire.
Ne vous inquiétez pas, très cher Daïmyo-sama. Bozan-san se porte comme un charme. Mes hommes et moi-même sommes occupés très rapidement des Onis qui assaillaient lui et sa cabane. Leur tombant dans le dos, ils n'ont rien vu venir. Face à notre agilité, ils n'étaient que des créatures pataudes. Bozan-san nous a remercié pour notre intervention. Répondit Tsuda, la gorge sèche.
Vous semblez avoir quelques difficultés à parler correctement Tsuda-san. Je parie que Bozan-san vous a proposé une tasse de thé après votre exploit. Il a toujours tendance à forcer la dose sur les herbes. Cela peut irrité un peu la gorge. Voulez-vous que je vous fasse préparer un  thé au miel pour faire passer cela ? Demande Shikei.
Je vous remercie pour votre sollicitude Daïmyo-sama, mais je me remettrai d'un thé corsé au gingembre...
Au gingembre ! s'étonna Shikei. Mais Bozan-san n'infuse que du matcha dans son thé, il en a besoin pour ses rhumatismes.
C'est ce que j'ai voulu dire, ma langue a fourché. Mes excuses, sensei-sama. Tsuda s’empourpra jusqu'au oreille et s'inclina bien bas en signe d'excuse afin que son seigneur ne puisse voir son visage circonspect. Si vous le permettez, j'aimerai me retirer afin d'organiser la prochaine campagne.
Faites, mais avant sachez que suite à votre exploit, de nouvelles recrues afflues des familles de nos samouraïs près à se mettre sous votre commandement. Je pense que votre exploit sera repris rapidement à nos poètes et sûrement ceux de nos amis ici présent. Sachez que vous honorez votre famille Mirumoto Tsuda.
Une dernière chose, Tsuda-san. Dois-je envoyer quelques charpentiers chez Bozan-san afin de réparer des dégâts matériel ? Après tout, le savoir de notre ermite nous est précieux. Demanda Shikei.
Surtout pas, Daïmyo-sama. Bozan-san m'a personnellement demander que personne ne vienne le déranger avant le prochain hiver. Il m'a affirmé qu'il devait entrer en méditation pour atteindre l'Illumination. Répondit rapidement Tsuda, le visage bien rouge.
Bien. Je ferai transmettre les ordres pour qu'il ne soit pas dérangé. Vous pouvez partir. Tsuda quitta la salle du conseil, laissant son Daïmyo reprendre la discussion avec les membres de la Grue.

L'exploit du commandant se répandit rapidement à travers le pays et les autres clans réfléchirent à deux fois avant d'engager les hostilités envers le Dragon, de peur de se retrouver face à ce redoutable stratège capable que battre des forces deux fois supérieures en nombre et prouvant son habilité au katana en ramenant les têtes de ses victimes personnelles à son Daïmyo. Plus de cinquante têtes qu'il aurait déjà collecté en une seule année selon les rumeurs les plus folles.
Au cours de l'hiver suivant, des chasseurs découvrirent la hutte de l'ermite en ruine sous une épaisse couche de neige et le corps congelé d'un vieil homme à quelques pas de la bicoque. Son crâne était fendu près d'une pierre mais étrangement aucune marque de sang séché ne se trouvait dessus...


mercredi 9 août 2017

Siège de la maison du Chant de la Grue

Nous avons décider de faire le scénario La Motte Féodale, que nous avions conçu pour 3 joueurs et comme nous sommes 3 joueurs pour faire une partie, ça tombe très bien ! Nous avons dû effectuer un petit aménagement vu que nous n'avions pas de forteresse japonaise. Nous avons utilisé une maison de samouraï entouré de muret pour remplacer la motte féodale mais nous avons garder tout les règles spécifiques au scénario.

La maison du Chant de la Grue est en effervescence en ce jour d'été. Le Maître des lieux, Doji Shigeyuki, est honoré d’accueillir Asahina Beniha, Vénérable des Shugenjas du clan de la Grue et sa suite constituée principalement de son escorte. Les festivités sont à la hauteur de l’opulence du clan.
Mais celles-ci font tourner cours rapidement. Dans la campagne,  des cris d'effroi se font entendre au loin puis l'angoisse des convives augmentent lorsque des paysans se présentent aux portes du domaine, prévenant qu'une grande armée vient piller les terres.
C'était oublié que le pays est actuellement en guerre, les grands clans s'affrontent pour le pouvoir. Alors que les ordres sont donnés pour organiser la défense de la demeure de Doji Shigeyuki, les futurs adversaires arrivent à porté de vu des gardes, au abord du village. Le Daïmyo de la Grue finit par apercevoir les étendards ennemis flottant au vent et se rend compte que l'armée en question est en réalité une alliance de deux clans.
Les premiers a arrivée aux abord du village est une armée du clan du Dragon sous les ordres de Mirutomo Kazuya.
 Les alliés sont les samouraïs du clan du Lion commandé par Matsu Koyama. Son armée contient d'ailleurs des armes particulières dans les mains de leurs ashigarus.
Le pillage du village s'effectue rapidement. De la fumée sort des bâtiments de paille sous les yeux des guerriers de la Grue et attendent impatiemment l'assaut ennemi pour se venger de leur avoir gâcher un doux après-midi ensoleillé festif.
 Leur patience va être de courte durée. Les premières détonations se fond entendre, répliquant aux flèches des archers de la Grue qui grâce aux capacités magique de Beniha ont vu leur portée doubler. Des détonations et de la fumée sortant du bois ??? S'étonne le Daïmyo de la Grue. La surprise est de taille, puisque les Lion utilisent les armes à feu, des teppos pour tenter de blesser les défenseurs au travers des murs. Des armes interdites et cela se dit honorable ! La guerre corrompt bien des âmes, même les plus vertueuses ! se lamentera Asahina Beniha.
 Après ses piques verbales, l'assaut débute. Mirutomo Kazuya, Daïmyo du Dragon envoie ses combattants moines tester les défenses adverses. Bien, mais pourquoi des gars sans armes et habillés en pyjama alors ? A-t-il peur que nos lances éraflent les belles armures de ses samouraïs ? se demande Shigeyuki accompagné des rires de son hôte de marque. Mais non mon cher ami, il s'agit des meilleurs guerriers que notre honorable adversaire a à sa disposition ! lui répond Beniha. En tout cas, ce n'est pas avec cela que nos adversaires franchiront nos murs ! fait remarquer Shigeyuki.
 S'apercevant que le Daïmyo de la Grue a positionné son élite aux portes de son domaine, les deux armées alliées s'attaque chacune d'elle à un côté des murs d'enceintes de la demeure de Doji Shigeyuki.
C'est ainsi que le clan du Lion attaque le côté opposé à l'assaut des troupes du Dragon. Comme son allié, les guerriers de la faction doivent s'y reprendre à plusieurs fois, amenuisant petit à petit les effectifs des défenseurs mais subissant de leur côté beaucoup de perte.  Cependant les assauts répété finissent par venir à bout des Grues et lorsque Matsu Koyama commence à se réjouir de bientôt pouvoir traverser des maudits murs, le Daïmyo de la Grue effectue un choix tactique. Il remplace ses troupes épuisés par ses Grues de fer rester jusqu'à présent dans les combles de sa demeure à tirer sur les assiégeant. Bien que ceux-ci soient moins bien protéger que leurs homologues, leur arrivée sur le côté assaillit par les Lions pour combler le vide, porte un coup au moral des troupes adverses. Le Daïmyo du Lion lâchera un juron que nous ne commenterons pas ici.
Alors que les troupes assaillantes se démènent à prendre la demeure du Daïmyo local, il semblerait que quelques tir au flanc de samouraïs du Dragon aient la belle vie. S'étant installé à la sortie du village, affalés sur des meutes de foin, ils admirent le spectacle tout en profitant des aliments récupérer du pillage effectué à peine une heure plutôt. Comme quoi, cet assaut n'est pas forcément bien coordonné ce qui aura des conséquences importantes à l'issue de la bataille.
Mais revenons à notre assaut ! Une nouvelle fois l'élite de l'armée du Dragon monte sur les murs face aux yari des défenseurs. Mais cette fois-ci Mirutomo Kazuya est de la partie. Après avoir réussit à éliminer les samouraïs de la Grue, ils tombent sur Doji Shigeyuki, qui doit défendre lui-même son domaine. Utilisant aussi gracieusement son yari que sa diction, il repousse sans effort son adversaire et ses gardes du corps. Les Dragons vont devoir une nouvelle fois remonter à l'assaut des murs.
Ayant jusqu'à présent réussit à maintenir à l'écart ses Quêteurs de Mort, des samouraïs déshonorés qui veulent laver leur honneur dans le sang de leurs ennemis et leur propre mort, Matsu Koyama a malheureusement fort à faire sur les remparts et voit alors sa réserve lancé un assaut frénétique sur les portes de la demeure. Les Quêteurs de Mort rugissent lorsqu'ils atteignent les murs et se lancent à l'assaut des défenseurs; qui ne sont d'autres que les Hatamotos de Shigeyuki. Ceux-ci restent stoïques face à la furie des lionceaux et procèdent méthodiquement à l'élimination de leurs adversaires. Koyama voit sa puissance d'attaque se faire haché menu par l'adversaire, comprenant que l'assaut tourne au vinaigre de riz.
 Il lance alors ses dernières forces à l'assaut après un ultime coup de pétoires des ashigarus qui fond plus peur aux pigeons que de dégâts aux défenseurs. Les Grues de Fer fond montre de leur réputation et les samouraïs du Lion sont obligés de reculer de nouveau après leur dernière chance de prendre les défenses.
Côté Dragon, la situation n'est guère meilleure pour les assaillants. Ayant mis toutes les chances de son côté, Mirutomo Kazuya est près à affronter Doji Shigeyuki sur les remparts. Il monte une nouvelle fois à l'assaut. Le combat qui s'en suit est âpre mais Shigeyuki s'en sort de justesse et repousse une nouvelle fois son adversaire. Kazuya, dépité, n'a plus que les mots pour provoquer son adversaire. Honorable Grue, laisserez-vous ce duel sans une conclusion plus satisfaisante ? demande-t-il au Daïmyo adverse.  De là vous je suis, elle me satisfait grandement ! sécha Shigeyuki. Alors vous ne ferez pas honneur à votre clan et bafoueriez sa réputation comme quoi elle forme les meilleurs duellistes du pays ? rétorqua le Dragon. Vous osez me provoquer, prétentieux Dragon ? Attendez un peu que je vous remette à votre place ! Vous allez comprendre votre erreur! On ne défit pas un samouraï du clan de la Grue sans en payer le prix du sang ! Sur ses mots, Doji Shigeyuki ordonnent à ses Hatamotos de quitter leurs positions et de lancer l'assaut sur les troupes de ses infâmes Dragons. Ceux-ci exécutent et rentrent dans le lard de la première unité qui passe à portée de leurs katana. Les ashigarus adverses sont alors soit mis à terre soit prennent la fuite.
 Pendant ce temps, Doji Shigeyuki a quitté son parapet et est descendu dans le cimetière de ses ancêtres combattre Mirutomo Kazuya dans un nouveau duel. C'est une seconde erreur que de vouloir m'affronter dans le domaine de mes ancêtres Mirutomo-dono ! N'espérez pas avoir de repos éternel auprès de ma famille ! lance Shigeyuki. Je ne fais qu'anticiper votre avenir Doji-dono, au moins vous mourez dans votre futur lieu d'habitation ! rétorque Kazuya.
Ce fur les derniers mots du Daïmyo du Dragon. Dans un cri puissant, les deux combattants s'élancèrent et Kazuya finit embroché sur le yari de son adversaire. La mort de Mirutomo Kazuya sonna le glas de l'assaut sur la demeure de Doji Shigeyuki. Les guerriers du clan du Dragon se dispersèrent rapidement, poursuivit par les hatamotos de la Grue, tandis que devant l'épuisement de ses propres troupes et de lui-même Matsu Koyama ordonna la retraite de son armée.

Deux jours plus tard, Asahina Beniha remercia vivement son hôte pour sa protection mais aussi pour le raffinement de son accueil et lui promis une aide matériel et pécuniaire de la part de sa famille pour les dégâts causés par ses rustres guerriers.

Bilan de la bataille, les forces attaquantes n'ont pas réussit à pénétrer dans l'enceinte de la forteresse donnant automatiquement la victoire au défenseur. Au résultat nous nous rendons compte qu'il est difficile de passer finalement la défense. Il faut peut-être augmenter les points de victoire pour la première unité à pénétrer dans l'enceinte pour donner la possibilité d'au moins égaler les PV de l'attaquant avec le défenseur pour récompenser ce fait de bataille, en considérant qu'une armée pillera au moins 2 des 3 maisons.


mardi 8 août 2017

Quand les moines se rebellent, ils se font ikko ikki !

Changement d'univers cette semaine, après les plaines hivernales de Westeros, place aux territoires orientaux de Rokugan. Cette fois-ci nous sommes retournés sur Saga Samouraï pour une bataille qui n'a rien à voir avec notre campagne en cours et qui est d'ailleurs en pause pour les vacances. Nous avons joué le scénario L'escorte, pour une fois que nous avions ce qu'il faut pour représenter les bagages, avec les clans du Dragon et de la Mante.

Après avoir effectuer quelques rapines et pillages côtiers, les pirates de la Perle Verte, redoutable navire connu de tout l'Est oriental avec son célèbre capitaine Yoranu Yoritomo, retourne à leur bateau encré dans une petite crique avec leur butin. Ils ignorent que les moines d'un des temples du Dragon qu'ils ont pillé 2 jours auparavant, les attendent le pied ferme aux abords du rivage. Ayant éliminer les gardes du navire, ils s'apprêtent à se venger de leurs détrousseurs.

Les pirates escortent ainsi 3 énormes bagages, fruits de leur razzia à l'intérieur du pays et alors qu'ils parlent encore et encore de leurs forfaits tout en rigolant, ils se font surprendre par une attaque soudaine de moines du clan du dragon. Les pirates de la Mante forme rapidement un mur de protection devant leurs bagages, près à mordre férocement tous ceux qui osent mettre la main sur le résultat de leur dur labeur.
 Sans crier garde, un premier groupe de moines tombent sur le flanc gauche des pirates. Ceux-ci se démènent pour se sortir du mieux possible de leur adversaire, aidé par les hommes de confiance du capitaine qui lance leurs kama dans la mêlée pour affaiblir l'ennemi. Ensemble, ils réussissent à repousser le premier assaut des moines. Cependant les yeux noirs de colère des bonzes en disent long sur leur volonté de vengeance.
 Alors qu'au centre le vénérable du temple du dragon temporise l'assaut de ses moines tatoués, se contentant tout de même que lancer quelques boules de feu grâce à leurs tatouages en forme de dragon qui prennent vie, un autre groupe de moines débute une manœuvre de contournement pour aller se servir directement dans les bagages.
C'est alors, qu'un groupe de pirates surgit à l'arrière de l'armée Mante pour bloquer le passage aux moines. Qu'est ce qu'on a dit déjà ? On touche dans yeux seulement ! rappelle Yoranu Yoritomo. L'arrière garde des pirates mettent un coup de frein à la progression des moines et il faut que le Vénérable du temple en personne, habillé en tenue guerrière pour l'occasion, intervienne personnellement pour sortir ses moinillons des mandibules de l'insecte tueur.
 Cependant, le problème n'est pas réglé pour autant. Les moines du Dragon lorgnent toujours sur le butin afin de récupérer les objets du temple qui leur ont été volé, tandis que les pirates de la Mante comptent bien atteindre leur navire avec l'ensemble de leur trésor.
C'est les moines qui reprennent l'initiative. Après avoir essuyer quelques piqures des archers pirates, les moines tatoués leur rentrent dans le lard. Fini de faire joujou avec leurs tatouages, maintenant place à la baston, la vraie, avec des pieds que je met où je veux ! Les archers de la Mante se font sévèrement botter le cul, libérant la voie de l'Illumination... vers le butin tant désiré.
 Sur le côté gauche de la Mante, l'affrontement est aussi sans pitié. Après l'arrivée d'un nouveau groupe de moines, ceux-ci s'attaquent aux pirates survivants et aux gardes du corps du capitaine. Refusant de céder d'un pouce, les pirates maintiennent hors de portée de bagages leur adversaire. C'est finalement le Shugenja faisant littéralement un cours en direct d'arts martiaux aux apprentis moines, qui met à terre les gardes du corps alors pourtant 3 fois plus nombreux. Mais pendant ce temps, le bagage avance inexorablement et des porteurs éliminent les derniers moines qui tente de s'en prendre au convoi.
 Au centre, le vénérable et le capitaine pirate ne peuvent pas se blairer. Ayant tenter toutes les techniques de Kung-Fu et de roublardises des pirates, aucun d'eux ne parvient à prendre le dessus sur l'autre.
 Alors passant à porter d'armes du capitaine de la Mante, les moines tatoués vont subir les foudres du Seigneur des mers pour avoir éliminer trop rapidement son équipage, leur taillant une réputation de lopettes ne sachant pas se battre. Ou pas finalement ! Yoranu Yoritomo tombe sur plus fort que lui, les moines tatoués l'assenant tellement de coups de pieds et de poings qu'il finit comme ses hommes, face contre terre. Les moines en profitent pour s'emparer de deux des trois bagages, leur apportant quasiment la victoire.
 Dans l'euphorie du moment, le Vénérable du Temple ne se pousser des ailes (de Dragon forcément !) et s'en prend aux deux pecnots qui osent lui bloquer le passage. Que ses hétas s'écartent devant la puissance du Temple du Dragon dit-il pompeusement. Les pirates le remettent rapidement à sa place dans sa condition de mortel qu'il pensait avoir oublié l'espace d'un instant.
C'était le combat de trop pour le vieillard rabougri. Alors que les moines se portent au chevet de leur maître, quelques porteurs de la Mante s'enfuit avec une partie du convoi poursuivit par le Shugenja qui semble surfer sur la vague... en plein milieu des terres. L'encens fait planer, semble-t-il ! En tout cas, les pirates sauvent les meubles de justesse, empêchant les Dragons d'obtenir la victoire.